La genèse d'un vin

Des cuvées à l’image d’un terroir d’exception

Aujourd’hui le domaine produit 150 000 bouteilles dont 50 % de Château Livran cru bourgeois et 50 % de Sources de Livran (second vin).

Château Livran : 60% merlot et 40 % cabernet Sauvignon.

Les Sources de Livran : 40% cabernet sauvignon + 60% merlot.

(fiches techniques disponibles sur demande)
 

La genèse d'un vin

Avec la plantation de 10h séparés du reste de la propriété (27 ha en production), Livran s’est lancé sur le chemin de la biodynamie, pariant qu’une plante saine et équilibrée saura se défendre. Grâce au travail du sol, aux tisanes de plantes et au respect des cycles naturels, les vignes paraissent plus épanouies et productives.

Cuves

Des techniques innovantes au service de la création responsable

La vinification se fait en majorité en cuves bétons, avec quelques cuves inox. Les méthodes restent traditionnelles. Le nouveau chai sobre et esthétique, tant dans son aspect que dans son fonctionnement, est sorti de terre pour les vendanges 2016.

Respectueux des ressources naturelles et humaines, il tire parti des atouts du domaine avec une régulation naturelle de la température (isolation des murs à base d’argile, puits canadiens) et une optimisation de la ressource en eau, permettant de travailler individuellement chaque parcelle, dans des conditions plus sereines et avec une meilleure efficacité. Les effluents phytosanitaires et vinicoles bénéficient d’un nouveau procédé de traitement naturel et pratique : aucun rejet dans la nature et un compost sain à la clé.

Un patrimoine naturel d’exception

Une étude de terroir exhaustive a permis de mettre en lumière des sols argilo-calcaires sur affleurement de roches calcaires : un terroir aussi atypique que prometteur ! Le château Livran bénéficie également des vertus d’un climat sous influence maritime qui assure à la vigne une alimentation hydrique régulière, particulièrement favorable à une maturité qualitative du raisin et de ses tanins naturels.

Grâce à ces nombreuses conditions favorables, il semblait évident de suivre l’exemple de la nature pour mieux respecter les cycles de la vigne en fonction des saisons et de l’aider à s’épanouir le plus spontanément possible, d'où la conversion progressive en biodynamie.